Le gouvernement suédois prend des mesures historiques pour améliorer la vie au sein des logements grâce à de meilleures solutions de ventilation et de filtration

Dans son projet de budget pour l’exercice 2018, le gouvernement suédois renforcera les mesures afin d’améliorer l'environnement intérieur des logements en Suède. L’amélioration de la compétence professionnelle sera le support. Une meilleure technologie de ventilation et de filtration en sera le moyen.

La mesure budgétaire marque essentiellement la première tentative d'un gouvernement national de reconnaître officiellement une meilleure ventilation et une qualité de l'air intérieur élevée (QAI) comme moyen de protection de la santé publique. En tant que leader des solutions d’air pur, Camfil salue cette initiative sans précédent au même titre que Svensk Ventilation, l’association professionnelle de l’industrie suédoise de CVC. 
 
Le gouvernement propose d'allouer 16 millions de SEK en 2018 et 28 millions de SEK au cours des trois prochaines années, principalement pour renforcer les connaissances sur la nécessité d'un bon environnement intérieur des maisons. Parmi les autres actions budgétisées figurent la création d’un centre de compétences pour des logements plus sains et le suivi d’une précédente enquête nationale sur la consommation énergétique et l’environnement intérieur. 

Le projet Camfil en perspective 

Pour donner un exemple concret de la manière dont la vie urbaine peut être améliorée grâce aux technologies les plus récentes en matière de ventilation et de filtration de l’air, M. Peter Eriksson, ministre suédois du logement et du développement numérique, a rencontré les représentants de Camfil et de Svensk Ventilation fin septembre pour visiter une installation de référence dans le centre-ville de Stockholm. 
 
Cet immeuble dispose d'un système moderne de traitement de l'air centralisé avec des filtres à air Camfil pour améliorer la QAI et protéger les résidents contre la pollution atmosphérique générée par les véhicules. Situé dans la rue passante de Hornsgatan, il faisait partie d’un projet pilote précédent associant des professionnels de la QAI de Camfil et l’industrie suédoise du traitement de l’air. 
 
« L'installation de CVC à Hornsgatan a montré au ministre comment les propriétaires peuvent créer efficacement un environnement intérieur plus sain en épurant l'air dans les zones vulnérables à forte teneur en particules. Avec l’installation d’air centralisé à récupération de chaleur, avec des unités de traitement d’air équipées de filtres à air de classe F7 (ePM1> 60 % selon la nouvelle norme), la teneur en particules de l’air soufflé a été réduite de moitié par rapport à l’air pollué de la rue », a affirmé Britta Permats, PDG de Svensk Ventilation. 

LES AVANTAGES DE LA FILTRATION POUR LA SANTÉ 

Dans de nombreux pays, les gens passent jusqu'à 90 % de leur vie à l'intérieur, respirent jusqu'à 15 kilos d'air par jour et, dans les zones très polluées, inhalent plus de 25 millions de particules à chaque inspiration. Ces particules peuvent également se combiner avec celles présentes à l'intérieur et devenir plus agressives et plus nocives, rendant l'air intérieur jusqu'à 50 fois plus pollué que l'air extérieur.  

« Dans les unités de traitement de l'air, une proportion importante de ces polluants atmosphériques nocifs peut être retenue grâce au filtre et à l'efficacité appropriés pour les particules ciblées », a déclaré Anders Hedström, expert en QAI chez Camfil. « L’installation de Hornsgatan démontre clairement que les avantages pour la santé des citadins sont tangibles et bien documentés de nos jours. Nous espérons que les résultats de nos recherches déboucheront sur des mesures supplémentaires visant à accroître la connaissance des professionnels et du grand public sur l’importance d’une bonne ventilation et d’une filtration de l’air dans les bâtiments résidentiels, commerciaux et publics. » 
 
« Les gouvernements doivent accorder plus d’attention aux particules ultrafines de la famille des PM1, car ces minuscules particules aéroportées sont les plus dangereuses pour la santé humaine ; en fait, elles sont beaucoup plus nocives que les PM2,5 et les PM10 », a poursuivi Anders Hedström. « Les particules de la famille PM1 pénètrent dans la structure la plus fine de nos poumons, ce qui peut ensuite affecter des organes vitaux comme le cœur, le cerveau et le foie. » 
 
Les efforts recentrés sur les effets négatifs des PM1 sur la santé nécessiteront une filtration plus efficace pour éliminer ces particules submicroniques dans l’air de la ventilation, en particulier dans les bâtiments situés dans des paysages urbains fortement pollués. Le projet Hornsgatan atteste de la faisabilité de cette mesure. 
 
« Depuis des années, Camfil est fortement impliqué dans un large éventail d’activités pour expliquer l’importance de la filtration de l’air pour la QAI et la santé. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires pour montrer comment améliorer la QAI et l'efficacité énergétique grâce à une filtration de l'air efficace. Nous sensibilisons également le grand public à la pollution atmosphérique et à la QAI grâce à notre campagne European Road Show et Take a Breath. Il est donc très gratifiant de voir que le gouvernement suédois est le premier au monde à planifier des mesures budgétaires visant à améliorer la santé publique grâce à une ventilation et une filtration améliorées de l'air », a déclaré Anders Freyschuss, ancien vice-président exécutif Global Standardisation and Sustainability chez Camfil
 
« Une solution de ventilation similaire à celle de Hornsgatan est actuellement relativement rare dans les maisons multifamiliales, mais nous espérons que la nouvelle initiative du gouvernement avancera dans la bonne direction. Nous devons éviter de répéter les erreurs commises dans les années 70 et, pour y parvenir, la connaissance et un matériel adéquat sont la voie à suivre », a poursuivi Britta Permats, PDG de Swedish Ventilation. 

« Nous assistons à un boom de la construction en Suède et l’on observe une pénurie de main-d'œuvre. Il existe par conséquent un risque considérable de créer de nouveaux problèmes d'intérieur et de santé. Nous voulons empêcher un début de développement négatif et nous devons donc également surveiller les maisons plus anciennes qui utilisent des méthodes simples telles que l’entrée d'air par les fenêtres », a conclu M. Peter Eriksson, ministre suédois du logement et du développement numérique.