Quel est le degré de nocivité de la qualité d'air dans les avions ?

Le syndrome des bâtiments malsains est à l’origine de maladies respiratoires chez des millions d’états-uniens mais très peu de gens sont conscients du fait que leur lieu de travail peut faire de leur vie un enfer.

« Le problème avec la qualité d'air dans les avions est qu’il s’agit vraiment de l’incubation des polluants générés à l'intérieur de la cabine », a déclaré Kevin Wood, vice-président Ventes et marketing chez Camfil USA. “Et sans système de filtration de l'air, les passagers peuvent inhaler ou ingérer ces polluants, lesquels peuvent aggraver des problèmes respiratoires tels que l'asthme. Il est donc important que les passagers des compagnies aériennes connaissent ce qui détermine la qualité de l'air à l'intérieur d'un avion.”

Selon l'article des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), les risques potentiels liés à l'air dans la cabine incluent : (1)

  • le monoxyde de carbone
  • l’ozone
  • le dioxyde de carbone
  • les pesticides
  • les maladies contagieuses des passagers malades
  • les variations de pressurisation qui affectent la circulation de l'air dans la cabine

Selon un article publié sur le site Internet de l’Association of Flight Attendants, (2) il existe d’autres sources de pollution des cabines d’avion, notamment les « effluents biologiques », qui pénètrent dans l’air lorsque vous expirez :

«… votre souffle contient toutes sortes de gaz et de vapeurs, notamment le dioxyde de carbone, l'éthanol et les aldéhydes… [et] les gouttelettes d'eau présentes dans votre souffle, dans votre éternuement ou dans votre toux peuvent transporter des bactéries ou des virus dans l'air. Dans le même temps, votre peau fabrique des particules qui peuvent également servir à transporter des bactéries et des virus, et votre système digestif produit des gaz.”

Et voici quelque chose que vous ignoriez probablement.

Bien que certaines normes techniques recommandent des niveaux de filtration de l'air pour les avions, il n’existe aucune exigence fédérale imposant l’installation de filtres à air dans les avions, ce qui signifie que l’air dans les cabines peut être malsain et vous exposer ainsi à des particules nocives.

Les émanations toxiques deviennent problématique

La question de la qualité d'air dans les avions est devenue une préoccupation majeure récemment lorsque quatre agents de bord ont intenté un procès contre Boeing, l’accusant de négligence concernant la présence de fumées toxiques dans la cabine d’un avion.

Selon un article paru dans USA Today (3), les membres d’équipage travaillaient tous sur un vol d’Alaska Airlines qui a été contraint d’atterrir d'urgence après que des fumées toxiques se soient échappées dans la cabine.

Lorsque l'avion a atterri, les quatre agents de bord ont été conduits à l'hôpital ; deux d'entre eux avaient perdu connaissance alors que l'avion était encore en vol.

Ils ont engagé une action en justice contre Boeing - un fournisseur d’avions pour Alaska Airlines - pour les avoir exposés, ainsi que les passagers, à des émanations toxiques qui s’infiltrent dans le système de ventilation de l’avion.”

Comme le précise l’article, la plupart des avions bénéficient d’une ventilation par l’air extérieur qui circule dans les moteurs de l’appareil vers la cabine. Ce système, appelé « système de prélèvement d’air », est utilisé dans un grand nombre d’aéronefs pour générer de l’air propre à l’intérieur d’une cabine.

Mais si quelque chose tourne mal, comme un joint d’étanchéité brisé dans un moteur, l’huile peut contaminer l’air qui circule dans la cabine.

Le procès intenté contre Boeing l’accusait d’avoir connaissance du problème depuis les années 50 et de n’entreprendre aucune action pour résoudre le problème.

Plus inquiétant encore, le système de prélèvement d’air peut être à l’origine d’un air contaminé dans une cabine sans présence de fumées noires. Ce qui signifie que les passagers peuvent inhaler de l’air toxique sans même s’en rendre compte.

C’est la raison pour laquelle une partie de la plainte invitait Boeing à installer des capteurs de qualité d'air pour alerter les pilotes de la présence d’un air pollué dans la cabine.

Et selon un article paru dans Gizmodo, (4) l’air pollué dans les avions peut provoquer des symptômes tels que «… une irritation des yeux, des voies nasales et de la gorge, des maux de tête, des étourdissements et des vertiges, la fatigue, un affaiblissement, un malaise général, un sentiment de désorientation et des difficultés de concentration. »”

La difficulté pour les professionnels de santé qui essaient de démontrer que la qualité d'air dans les avions peut être dangereuse pour la santé publique est qu'il n'y a que très peu de passagers qui rapportent ce type de symptômes à leur médecin. Il n’existe par conséquent pas beaucoup de données empiriques.

Dans la plupart des cas, c’est le personnel de vol qui fait état de ces symptômes et, à moins qu’il n’intente des actions en justice, on peut douter que la qualité de l’air dans les cabines d’avion fasse l’objet de campagnes de prévention nécessaires à la protection des passagers.

L’élaboration de solutions

Les solutions de filtration de l'air écoénergétiques peuvent aider à éliminer une quantité importante de polluants des cabines d'avion. La plupart des avions de ligne sont conçus avec des filtres HEPA destinés à épurer l'air recyclé dans les avions. Il arrive que ces filtres soient supprimés par les compagnies aériennes parce que le passage de l'air à travers les filtres consomme de l'énergie, ce qui leur coûte plus cher en carburant. La plupart des compagnies aériennes utilisent convenablement les filtres pour la protection de leurs clients et de leurs employés.