6 conseils pour reprendre le contrôle de la qualité de l'air dans votre entreprise

1Comprendre votre environnement

Chaque entreprise dépend de son environnement et comprendre ses besoins dépend vraiment de l'identification des problèmes. Un fait qui restera inchangé, même après pandémie de la COVID-19, est que « l'air voyage ». De nombreuses études ont confirmé que la COVID-19 semble se maintenir aéroporté plus longtemps que l’on ne le pensait et que les gouttelettes contaminées contenant le virus pouvaient survivre sur des surfaces ouvertes pendant des jours. Par exemple, une étude publiée dans le New England Journal of Medicine a constaté que le SRAS-CoV-2, le virus qui a causé la COVID-19, pouvait survivre jusqu'à quatre heures sur du cuivre, jusqu'à 24 heures sur du carton et de deux à trois jours sur du plastique ou de l’acier inoxydable. Si la protection de la santé des personnes est la principale préoccupation, il est de la responsabilité des entreprises de ne rien négliger lors de la reprise d'activité . La contamination de l'air peut apparaître n'importe où, même à l'extérieur des locaux.

L'AIR INTÉRIEUR PEUT ÊTRE ENTRE 5 À 50 FOIS
plus pollué que l'air extérieur

Ceux qui vivent dans les villes passent jusqu'à 90 % de leur temps à l'intérieur, la plupart de l'air qu'ils respirent étant de « l'air intérieur »

La filtration de l'air peut-elle aider ? Oui, la filtration de l'air est l'un des moyens de lutter contre l'impact des risques potentiels tels que les agents pathogènes aéroportés, les composés organiques volatils (COV), la contamination par poussières, etc. Comme les êtres humains passent la plupart de leur temps à l'intérieur et que les polluants nocifs peuvent altérer leur capacité à combattre les infections, les solutions de filtration de l'air sont des sauveurs dans les cas où le niveau de polluants est plus élevé que celui qui est recommandé.

Il faut souligner les risques potentiels autour de l'entreprise tels que la pollution de l'air due à la circulation à l’extérieur ou les fumées des usines du quartier, même les gaz et les odeurs provenant des restaurants situés à proximité pourraient être un signal d’alarme. L'évaluation de l'atmosphère extérieure et de la qualité de l'air intérieur est la première étape du processus pour reprendre le contrôle.

2Catégoriser vos exigences en matière de qualité de l'air

Il existe des lois en matière de qualité de l'air, de surveillance de la pollution atmosphérique et de contrôle réglementaire qui définissent et classent les niveaux de polluants et d'émissions rejetés dans l'atmosphère. La réglementation ou les lois concernant la qualité de l'air intérieur varient considérablement d'un pays à l'autre. Ces lois sur la qualité de l'air sont conçues pour protéger notre santé, les procédés d’entreprise et l'environnement contre la concentration des polluants aéroportés. Depuis l’apparition de la COVID-19, l'importance et la signification de ces mesures sont devenues hautement prioritaires. Les efforts en matière de réglementation commencent par la catégorisation des polluants atmosphériques, la fixation de ses limites pour éviter tout dommage humain et la prise de mesures appropriées pour réduire les risques encourus. Par conséquent, toutes les entreprises doivent identifier les substances appelées polluants atmosphériques ou particules nocives dans l'air ambiant pour lancer le plan de contrôle. Par exemple, le Clean Air Act (Loi sur l’air propre) des États-Unis identifie six principaux polluants qui doivent être éliminés.

Il s'agit de la pollution particulaire (souvent appelées particules), de l'ozone troposphérique, du monoxyde de carbone, des oxydes de soufre, des oxydes d'azote et du plomb. Ces polluants peuvent nuire à notre santé, à l'environnement et causer des dommages matériels. La pollution particulaire et l'ozone troposphérique sont les menaces en matière de santé les plus répandues dans le monde. Une fois que l'entreprise a catégorisé ses exigences en matière de qualité de l'air, un plan approprié peut être conçu pour éliminer les particules nocives et réduire les risques potentiels.

3Liste de contrôle

Une autre étape consiste à s'assurer que des contrôles réguliers sont effectués dans la centrale de traitement d'air (CTA) pour garantir qu'il n'y a pas de fuite de dérivation du filtre et que les joints d’étanchéité assurent bien leur fonction. En cas de fuite d'air dans la CTA, l'hygiène et l'efficacité du filtre à l’air sont altérées, ayant un impact sur la performance énergétique. Il est important d'en faire une priorité sur la liste de contrôle du plan pour assurer une bonne qualité de l'air intérieur. Étant donné que l'air peut jouer un rôle central comme moyen de transport pour les micro-organismes, dans les environnements contrôlés, une surveillance microbienne régulière est utile pour mesurer la qualité de l'air et identifier les situations critiques conformément au NCBI. Ce protocole devrait faire partie des contrôles réglementaires car il est utilisé pour la surveillance générale de la contamination de l'air, tout comme les programmes de surveillance de routine.

L'autre contrôle consiste à mesurer la perte de charge se produisant lorsque vous installez un filtre dans la centrale de traitement de l'air. Lors de la mise à niveau des filtres à air, il faut s’assurer qu’ils sont conformes à la norme  ISO 16890  (Classification des produits ASHRAE 52.2 ) & pour les filtres HEPA EN1822:2019. Le choix du filtre à air dépend du risque d'application et de l'efficacité que l'entreprise doit atteindre pour réduire les risques potentiels. Pour les applications à usage général telles que les centrales de traitement de l'air (CTA), desservant un bâtiment ou un bureau public, Camfil recommande au moins un filtre ePM1 à 60 % et pour les applications de haute sécurité telles que les hôpitaux, au moins un H13.

En savoir plus sur  ISO 16890

ISO 16890, la nouvelle norme pour les filtres à air

Éliminer la confusion

Encourager le commerce mondial

Un minimum de 50%  d'efficacité

Transparence, qualité et opportunités

cinQ avantages de la norme  ISO 16890 

DR. CHRIS ECOB EXPLIQUE LA NORME ISO 16890

En savoir plus sur la portée mondiale de la norme ISO 16890

4Identifier les Risques Potentiels de Contamination

Les microbes, les produits chimiques, les odeurs, les gaz, l'ozone et les particules sont tout autant de risques courants. Des évaluations pour identifier ces risques et l'introduction de la bonne solution sont essentielles. En raison de la récente pandémie du COVID-19, cette étape est une mesure importante en matière de sécurité sanitaire car ces polluants peuvent altérer notre immunité et agir comme un obstacle dans la lutte contre les infections. Par exemple, votre exposition à l'ozone dépend principalement de l'endroit où vous vivez, où vous travaillez et du temps que vous passez à l'extérieur. L'air extérieur contient des produits chimiques émis par les process industriels, les gaz d'échappement des automobiles, les activités agricoles, les réactions photochimiques atmosphériques, etc. 

L'air intérieur peut contenir des contaminants de l'air extérieur en plus des espèces de contaminants générées dans les pièces ou le bâtiment, ce qui rend votre air intérieur, dans de nombreux cas, pire que l'air extérieur. Les produits chimiques générés à l'intérieur proviennent de produits qui contiennent des composés organiques volatils (COV) tels que les peintures, les colles, les matériaux de construction, les produits de nettoyage et le matériel de bureau (comme les photocopieuses). L'air autour des sites de déchets dangereux ou par exemple des stations-service peut contenir des niveaux plus élevés que dans d'autres zones. Les personnes travaillant dans des secteurs qui fabriquent ou utilisent des produits chimiques peuvent être exposées aux niveaux les plus élevés. La pollution particulaire (poussière, saleté, suie, fumée et gouttelettes de liquide) compte les grosses particules comprises entre 2,5 et 10 micromètres, les particules fines comprises entre 0,1 micromètre et 2,5 micromètres (également connues sous le nom de PM2,5) et les particules ultrafines qui sont inférieures à 0,1 micromètre. PM1, sont des particules ultrafines qui peuvent contribuer à des maladies mortelles comme les crises cardiaques, le cancer du poumon, la démence, l'emphysème, l'œdème et d'autres maladies graves, entraînant une mort prématurée. Chacun de nous respire plus de  25 million de particules à chaque respiration; plus nous inspirons de contaminants, plus les risques de maladie et de mauvaise santé augmentent.

Avantages de l'air propre

Des poumons plus propres
 Amélioration de l'humeur 
Coûts médicaux réduits
Amélioration de la productivité
Meilleur système immunitaire
Espérance de vie supérieure
Meilleur sommeil
Amélioration de l'ingestion
 Meilleur pour votre tension artérielle
Réduction des allergies et des symptômes de l'asthme



Les particules caractéristiques trouvées dans l'air comprennent :

Grosses particules, souvent de 10 microns (µm) ou plus (1 μm = 1/1 000ème de millimètre).
Citons comme exemples les grosses poussières visibles, le sable, les feuilles, les poils et les autres grosses particules organiques.

PM10particules aéroportées =/<10 µm de diamètre, y compris les poussières fines plus grosses et particules organiques

PM2.5particules aéroportées =/<2,5 µm de diamètre telles que pollen, traces et autres particules organiques.

PM1particules aéroportées =/< 1µm de diamètre, y compris la poussière, les particules de combustion telles que les émanations de diesel et les virus.

Les solutions de filtration de l'air dépendent de la catégorie du risque lors de l'application. Les zones à haute densité aux environnements les plus touchés, tels que les laboratoires, les unités de confinement ou les zones de quarantaine, ont besoin d'un niveau de protection beaucoup plus élevé que les environnements à faible risque ou les zones contrôlées comme les foyers ou les petites entreprises. Les applications à haut risque nécessitent, entre autres précautions, un équipement de confinement et de filtration de l'air HEPA de classe H13 ou supérieure ainsi que l'utilisation d'équipements et de vêtements spéciaux pour le personnel, ainsi qu'une alimentation séparée en air. Envisagez d'utiliser des épurateurs d'air pour une mise à niveau rapide et facile dans le cas d'un système de ventilation de qualité inférieure afin d’améliorer la filtration de l'air. C'est aussi un moyen de stimuler rapidement la qualité de l'air d'un système déjà performant en cas de risque accru requérant une protection encore plus élevée. Pour les applications clés à haut risque telles que les zones de quarantaine et les laboratoires, Camfil propose un équipement de confinement convaincant .

Cependant, il est recommandé d'utiliser un épurateur d’air lorsque le risque de contamination aéroportée est élevé. Les unités de confinement et les épurateurs d’air ne peuvent être installés nulle part car ils sont spécifiques au risque et à la nature de l'environnement, sachant qu’un épurateur d’air ne pourra jamais remplacer un ensemble de confinement complet en cas de besoin. D'un autre côté, vous pouvez envisager d'utiliser des filtres EPA ou ePM1 à 80 % ou une catégorie supérieure de filtration de l'air avec des applications à faible risque. Les épurateurs ou purificateurs d'air sont souvent utilisés dans les bureaux et autres bâtiments commerciaux pour aider à améliorer la qualité de l'air intérieur dans le bâtiment. La réduction des niveaux de particules, l'élimination des odeurs gênantes et l'élimination des particules aéroportées telles que les virus comptent souvent parmi les usages clés des épurateurs d'air.

Regardez la vidéo ci-dessous pour comprendre 5 conseils qui pourraient vous aider à choisir la bonne solution de filtration de l'air.

5 avantages de la norme ISO 16890

Caractéristiques d’un épurateur d’air adapté
  • Tous les épurateurs d’air doivent avoir des filtres HEPA testés et certifiés conformément aux normes EN1822 de test d'usine.
  • Pour éliminer les odeurs ou les gaz nuisibles (tels que le formaldéhyde), il est recommandé d’utiliser un filtre moléculaire combiné.
  • Nous recommandons de choisir des dimensions adaptées aux exigences de votre pièce. Un petit épurateur d’air dans une grande pièce peut ne pas avoir l'effet souhaité.
  • De faibles niveaux sonores sont essentiels. Dans les environnements de bureau, les épurateurs d’air bruyants peuvent être une source de distraction. Choisissez des épurateurs d'air à faible niveau sonore.

5Surveillance du niveau de particules

La prise de conscience croissante des PM10, PM2.5 et PM1 est largement associée aux effets potentiellement nuisibles qu'ils pourraient avoir sur le corps humain. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que les particules affectent plus de personnes dans le monde que tout autre polluant. Il est important de tracer la qualité de votre air car cela pourrait vous donner rapidement des indications, des avertissements et vous aider à réduire les risques potentiels dans votre établissement.

QUI DEVRAIT CONTRÔLER LES PARTICULES ?

Les zones fortement urbanisées, où le niveau de trafic et la densité de la population sont élevés, sont les plus menacées. Les personnes qui vivent dans des villes polluées sont plus exposées au risque du COVID-19, selon l'Alliance européenne de Santé publique (EPHA).

6Exigence en matière de changement d'air

La filtration de l'air est l'un des moyens de lutter contre l' impact d'agents pathogènes nuisibles tels que la COVID-19. De l'air propre doit être régulièrement introduit dans votre établissement pour garantir un environnement propre de travail. Une solution de filtration de l'air à haute efficacité peut prévenir les infections dans l'air car elle est capable de capturer et d’éliminer de l'air les virus de la grippe. L'efficacité dépend de l'efficience du filtre à air. Mais comme les gouttelettes infectieuses sont généralement plus grandes que 1 micromètre, la réduction du virus est considérablement plus importante. Le virus capturé dans le filtre à air se lie fortement aux fibres du média filtrant. Une fois le virus capturé, il reste dans le filtre à air et finira par sécher et mourir (appelé inactif). Une autre étape consiste à mettre à niveau les filtres à air vers une classe de filtre plus élevée qui augmenterait la réduction des virus dans l'étape du filtre pour avoir une protection supplémentaire accrue. Pour que le secteur de la santé puisse créer l’isolement, les chambres à pression négative sont idéales car elles peuvent contenir des contaminants aéroportés nocifs tels que des virus, des bactéries, des champignons, des levures, de la moisissure, du pollen, des gaz, des COV (composés organiques volatils), de petites particules et des produits chimiques. 

En outre, les recommandations telles qu’introduire plus d’air extérieur (« de l’air frais ») dans l'air du système AHU ont plus de sens pour la COVID en surface, mais signifient des factures de services considérablement plus élevées (pour chauffer ou refroidir l'air extérieur non tempéré et réduire la durée de vie du filtre en raison d'une charge plus élevée de particules.) Contactez un expert pour gérer vos exigences en matière de qualité de l'air, cliquer ici pour localiser votre bureau local Camfil.

 

Recommandations sur la qualité de l'air pour les entreprises remobilisant des environnements intérieurs

Regardez notre webinar en ANGLAIS pour en savoir plus sur les virus et les microbes et sur leur comportement dans l'air. En savoir plus sur les effets de la filtration de l'air et les avantages des différentes technologies d'air propre pour réduire les niveaux de microbes et de virus aéroportés.

 

Voir le webinar