Filtration des fumées de feux de forêts : les solutions

Les feux de forêt, qui se produisent chaque année dans le monde entier, détruisent les merveilles de la nature et sont la cause de la déforestation et, en même temps, ils génèrent de grandes quantités de polluants dans l'air. Ces feux de forêt ayant un impact durable sur la qualité de l'air, nous présentons un aperçu des connaissances de nos experts en qualité de l'air, Tobias Zimmer et Chris Ecob.

filtration-fumee-feux-de-forets-particules-fines

Récemment en 2019, plus de 9500 incendies de forêt ont été recensés, s’ajoutant aux 70000 incendies qu'a connus le Brésil cette année, dont plus de la moitié en Amazonie. Le feu est si énorme que la fumée est visible de l'espace et ses effets se font sentir partout en Amérique du Sud. Sao Paulo et de nombreuses autres villes, situées à des milliers de kilomètres des incendies, ont été plongées dans l'obscurité, probablement à cause de l'air humide et de la fumée qui traversaient le continent. En plus des feux de forêt, qui sont une catastrophe environnementale mondiale, les hôpitaux se remplissent de personnes souffrant de problèmes respiratoires provoqués par la fumée.  

 

La plus grande menace pour la santé causée par la fumée provient des particules fines. Les feux de forêts créent généralement des particules de moins de 1 micromètre, également appelées PM1, suffisamment fines pour pénétrer profondément dans les poumons. En outre, les substances chimiques, générées par ces incendies, sont des gaz à effet de serre [dioxyde de carbone (CO2), méthane (CH4), oxyde nitreux (N2O)] et des composés photochimiquement réactifs [tels que le monoxyde de carbone (CO), les composés organiques volatils non méthaniques (COVNM), les oxydes d’azote (NOx) et l’ozone (O3)]. Ces contaminants peuvent causer divers problèmes de santé, allant de l’irritation des yeux et du nez qui coule à des maladies cardiaques et pulmonaires chroniques graves. 

 

Comment se protéger et protéger ses installations pendant des feux de forêts ?  

La solution temporaire la plus courante repose sur l’utilisation de plis de carbone. Si nous considérons les particules, leur efficacité est inférieure à 5 % sur les PM1 (ISO Coarse selon le système de classification ISO 16890). Pour capturer les contaminants particulaires provenant de la fumée, vous devez également utiliser un filtre à particules fines, classé à 60 % minimum de ePM1. Les plis de carbone auraient également un impact temporaire minime sur les substances chimiques énumérées ci-dessus, permettant aux traces d'odeurs et de substances chimiques de pénétrer dans les espaces occupés. 
La meilleure solution pour non seulement traiter les fines particules et les substances chimiques provenant des feux de forêt, mais également pour améliorer à long terme la qualité de l'air intérieur, est, selon nous, la configuration suivante de filtration : Hi-Flo ePM1 60 % suivi de la CityCarb I (ePM1 70 %). Cette configuration vous procurera une efficacité particulaire de 85 % de ePM1 sur l'ensemble du système de filtration selon la norme ISO 16890 et une efficacité d'élimination supérieure à 95 % contre l'ozone et le dioxyde d'azote, conformément à la norme ISO 10121-2. 

 
Si vous avez des questions sur vos mesures, contactez le bureau Camfil le plus proche.

 
Created Maandag, 21 Junie 2021