La norme internationale de test ISO 16890 pour les filtres à air en ventilation générale

L'ISO 16890 est une norme internationale de test pour les filtres à air qui, à partir du 1er juillet 2018, a remplacé l'EN 779. Cette norme ISO 16890 classe les filtres à air en fonction de leur efficacité sur les particules (PM), ce qui permet d’avoir un lien direct avec notre santé et la pollution de l'air. La norme permet également de gérer la qualité de l'air intérieur (QAI) d'une façon totalement nouvelle.

QUOI DE NEUF ?

La précédente norme EN 779 classait les filtres à air de G1 à F9 et les classes d'efficacité de M5 à F9 s’appuyaient sur une taille moyenne de particules de 0,4 µm (micromètres). La norme ISO 16890 définit l’efficacité de la filtration pour 3 plages de taille de particules : PM1 (0,3-1,0 µm), PM2,5 (0,3-2,5 µm) et PM10 (0,3-10 µm). Le filtre se voit alors attribuer une classe d’efficacité dans l'un de ces trois groupes ou alors il est classé comme Grossier (filtre grossier).

Cette différence signifie que les filtres qui avaient la même classe selon la norme EN 779 peuvent se voir attribuer des classes différentes selon la norme ISO 16890. Il n'y a donc pas entre ces 2 normes de comparaison ou de conversion directe des classes de filtres.

 

Classification de l'efficacité du filtre à air

Pour qu'un filtre soit classé dans l'une des trois classes PM, il faut qu’il retienne au moins 50 % de la taille de particules PM visée. Si la valeur de 50 % n’est pas atteinte pour l’une des particules PM, il est classé parmi les filtres grossiers. L’efficacité de filtration est la moyenne obtenue avec et sans charge électrostatique. Le filtre se voit attribuer un pourcentage d’efficacité dans le groupe PM où il est classé. Cette valeur est arrondie à 5% (valeur inférieure la plus proche). Vous trouverez ci-dessous les différentes classes de filtres auxquelles un filtre peut appartenir ! 30 classes différentes et Grossier (Coarse).

L'efficacité de filtration pour les différentes classes de filtres

Exemple 1

- 63 % des PM1
- 70 % des PM 2,5
- 91 % des PM 10

Le filtre arrête plus de 50% des particules PM1. Il est donc classé ePM1, le pourcentage est arrondi à 5% (valeur inférieure la plus proche). L’efficacité de filtration est donc : ePM1 60 %.

Exemple 2

- 15 % des PM1
- 26 % des PM 2.5
- 64 % des PM 10

Le filtre retient moins de 50% des particules de taille PM1 et PM2.5. Il est donc classé ePM10, le pourcentage est arrondi à 5% ‘valeur inférieure la plus proche). L’efficacité de filtration est donc: ePM10 60 %.

Filtration des différentes fractions de particules de l'air extérieur

Les particules sont également générées à l'intérieur des bâtiments, de sorte qu'il n'est pas possible de contrôler la qualité de l'air intérieur uniquement à partir des concentrations de l'air extérieur.

La base de données de l'OMS contient des informations sur la pollution de l'air extérieur et ses concentrations en divers endroits du globe. Les mesures peuvent être suivies en temps réel et sont mesurées en fonction des particules (PM). Mais il ne suffit pas de connaître la teneur en particules de l'air extérieur pour choisir la bonne classe de filtre, il faut également tenir compte de l'environnement intérieur à protéger. Suivez ce lien pour en savoir plus sur la norme EN 16798-3, nous expliquons comment la qualité de l'air extérieur et intérieur est classée et ce que vous devez garder à l'esprit lorsque vous choisissez une classe de filtre.

La consommation d'énergie est un autre aspect important. Cependant, nous ne devons jamais faire de compromis sur la qualité de l'air pour économiser de l'énergie. N’oublions jamais la campagne Camfil "People Matter 1st" – « La Priorité : les Personnes ».

Zoom sur les pm1 pour protéger notre santé

La PM1 est la particule la plus importante et la plus pertinente dans le processus de filtration pour créer un environnement intérieur sain (QAI, qualité de l'air intérieur) assurant une protection optimale des personnes et des process. Les PM1 sont les particules très petites et les plus dangereuses pour l'homme. En effet, le corps humain ne dispose pas d'une protection suffisante contre ces particules extrêmement petites et nocives. Elles entrent dans notre corps par le système respiratoire, atteignent les alvéoles pulmonaires puis le sang. Des études menées par Lars Ekberg au CIT (Chalmers Industriteknik) montrent qu'un filtre à air avec une efficacité minimale ePM1 60% est nécessaire pour retenir les particules dangereuses de l'air extérieur, voir le rapport : Importance of ventilation filters for particle concentrations in indoor air . Voir également notre brochure d'informationPM1 - small particles a health risk et PM1 - The importance of indoor air quality.

La classe de filtre et le débit d'air ont tous deux une incidence sur la QAI

En plus des filtres de classe élevée, il est également important de disposer d'un renouvellement de l’air suffisant pour obtenir une bonne qualité de l'air intérieur. Si les débits d'air sont trop faibles, un apport en air propre ne suffira pas à améliorer la qualité générale de l'air intérieur.

Created 15 février 2021